Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La victime peut-elle pardonner son bourreau? Cela aide t'il a la reconstruction? Cela peut-il aider le bourreau à évoluer psychologiquement?

La victime peut-elle pardonner son bourreau? Cela aide t'il a la reconstruction? Cela peut-il aider le bourreau à évoluer psychologiquement?

Le 21 juin 2017
La victime peut-elle pardonner son bourreau? Cela aide t'il a la reconstruction? Cela peut-il aider le bourreau à évoluer psychologiquement?

Pour répondre à ces questions, je vais faire appel tant à mes compétences dans le cadre de la psychologie que de mon expérience d'avocat.

Pour moi, il faut distinguer deux choses: le pardon à l'autre et le pardon à soi.

Le pardon à l'autre, notre bourreau alors que nous sommes victime, peut être donné si le bourreau reconnaît sincèrement avoir mal agi et demande pardon. Dans ce cas, le bourreau aussi pourra évoluer psychologiquement et un pardon pourra, le cas échéant, aider l'un comme l'autre. La victime a le choix, elle ne doit pas non plus se sentir obligée de pardonner. Ce n'est pas parce que quelqu'un demande pardon que le pardon est octroyé d'office....Tout dépend des circonstances aussi.

Il faut savoir que certaines personnes n'ont tristement pas conscience du mal qu'il font, n'ont pas d'empathie. D'autres mêmes, les pervers ou psychopathes, peuvent agir en faisant sciemment le mal à autrui. Ils en retirent un réel plaisir. 

Des principes tels que :" si on te frappe sur la joue droite, tends-lui la la gauche" peuvent être terriblement destructeurs pour une victime. Tendre la main au pervers lui permet aussi de la mordre.

En justice, certains bourreaux peuvent feindre une excuse dans le but de séduire le juge. Parfois même elles continueront à défendre qu'elles n'ont causé aucun mal et se positionneront en qualité de victime, jouant avec de faux sentiments montés de toutes pièces dans un but de manipulation des intervenants judiciaires et d'inversion des rôles.

Croire que la justice aura ses vertus réparatrices via un procès qui permettra à la victime d'être reconnue comme victime en tant que telle et, de là, commencer un travail de réparation est parfois un leurre.

Le pardon à soi par contre ne dépend que de soi. Souvent la victime ressent elle-même de la culpabilité: coupable d'être entré en relation ou d'avoir maintenu une relation avec le bourreau, coupable de s'être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment etc...

Un travail de reconstruction quant à lui peut se faire à partir de ce pardon à soi, la recherche de sa voix intérieure, sa force intérieure.

Martin Luther King disait " La haine trouble la vie. l'amour la rend harmonieuse. La haine obscurcit la vie. L'amour la rend lumineuse. " Vous laisser manger par la haine donnera raison à votre bourreau. Vous reconstruire en allant vers ce que vous aimez vous permettra de vous reconstruire.

Ces propos n'engagent que moi via mes acquis et expériences.

c